Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Sep

AVANT LE FRANCE 2020 DE DEMI-FOND A LYON, SEQUENCE RETRO AVEC AUJOURD'HUI RETOUR SUR L'EDITION 2018

Publié par Oscar de Ramassage  - Catégories :  #PALMARES

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND

Vélodrome Georges Préveral - Samedi 15 Septembre 2018

  

CLASSEMENT PETITE FINALE 12 km; 36 tours 

  1. Antoine Gaudillat (PAC 95) - entr. Alain Gaudillat - les 12 km en 11'44"550 - moyenne 64.749 km/h
  2. Julien Verne (Lyon Sprint Evolution) - entr. Sylvain Pacheco -
  3. Julien Brasseur (V.S. Chartres)  - entr. Romuald Foucher

CLASSEMENT FINALE 50 km, 150 tours 

  1. Joseph Berlin-Semon (A.C Bisontine) - entr. Marc Pacheco - les 50 km en 45'16"160 - moyenne 69.584 km/h (*)
  2. Kevin Fouache (La Roche sur Yon Vendée cyclisme) - entr. André Deraet - à 12 "
  3. Emilien Clère (V.S. Chartres) - entr. François Toscano - à 3 t
  4. Samuel Dumoulin  (AG2R) - entr. Sylvain Pacheco - à 8 t
  5. Vincent Gérard (A.C. Bisontine) - entr. Michel Filiatre - à 11 t
  6. Guillaume Brasseur (V.S. Chartres) - entr. Romuald Foucher - à 12 t
  7. Louis Pijourlet  (Vendée U Pays de la Loire) - entr. Alain Gaudillat - à 14 t
  8. Ab. : Christopher Gamez (Olympique C.V.O.)- entr. Bernard Filiatre, au 89ème tour

(*) : précision apportée par Marc Pacheco : " Au passage sur la ligne, j'ai 54km 600 au compteur de ma moto en roulant en haut de piste, donc 73 km/h de moyenne alors qu'officiellement 50 km à 69,600... "

La course :  Temps superbe sur le Parc de la Tête d’Or. Les protagonistes du podium 2017 si prometteur sont au départ. Seulement neuf engagés, mais on relève la présence de Louis Pijourlet, champion de France de course aux points en exercice, et du professionnel Samuel Dumoulin.  Les manches qualificatives vont se dérouler tambour battant : 69.716 de moyenne pour la première série, remportée par Emilien Clère, Joseph Berlin-Semon répondant du tac au tac dans la seconde, enlevée à 69.760 km/h de moyenne.   La petite finale à trois coureurs est remportée par le champion de France 2015 Antoine Gaudillat.

 Dès le départ Emilien Clère se lance dans un demi-tour à pleine vitesse pour s’emparer du commandement, Joseph Berlin-Semon, Samuel Dumoulin, Kevin Fouache et Christopher Gamez restant dans le tour. Au dixième passage sur la ligne Clère tombe déjà sur Vincent Gérard et Guillaume Brasseur, les passe irrésistiblement avant de fondre   sur l’équipage  Gamez / Filiatre, débordé à son tour. Trois tours plus loin, c’est au tour de Samuel Dumoulin et Louis Pijourlet d’être doublés. Après vingt tours endiablés, seuls Joseph Berlin Semon et Kevin Fouache font  de la résistance dans le tour. Quarante-quatre tours sont passés lorsque soudain, Emilien Clère, ligne opposée en entrée de virage  heurte l'extérieur du rouleau de la moto de son entraîneur François Toscano. Il va se relever de sa chute péniblement, et  peiner à retrouver son rythme.

Kevin Fouache, conduit par André Deraet, devient le leader de la course. Au  soixante-dixième tour, on le voit commencer à alterner les séances de danseuse, tout en menant grand train. A ce moment, malgré une activité cycliste 2018 réduite à la portion congrue et une ambition forcément réduite, le stayer de La Roche sur Yon Vendée  est tout simplement en train de faire main basse sur le titre !...

Mais l'équipage Pacheco-Berlin-Semon reste en embuscade. Au 89ème tour on relève l'abandon de Christopher Gamez, pendant qu’ Emilien Clère revient peu à peu dans la course, porté par un public ému par une telle démonstration de courage.

Mais le sort de la course va se jouer au cent onzième tour, sur un coup sec.  Sur une violente accélération, JBS et Pacheco Senior débordent l'équipage Fouache / Deraet au cours d'un dépassement sous haute tension. Les doublés vont néanmoins s'attacher à revenir vite dans le jeu, et un long bras de fer va dès lors s'engager, prolongé sur six tours.  

Mais au cent-vingtième tour, le coureur de l'A.C. Bisontine augmente soudain l'allure,  alors qu' Emilien Clère brûle ses dernières cartouches dans une débauche d'énergie émouvante. Le podium est fait à ce moment-là, Samuel Dumoulin, dans la douleur, mettant un point d'honneur à lutter jusqu'au bout, pendant que Louis Pijourlet alterne comme il le fera la course durant des séquences tantôt euphoriques, tantôt délicates.

Un autre sociétaire de l'A.C. Bisontine, Vincent Gérard, conquiert derrière ce quatuor une encourageante et significative cinquième place, venant à bout des résistances de  Guillaume Brasseur et de Louis Pijourlet.

A douze révolutions de la fin, Joseph Berlin-Semon et Marc Pacheco vont monter aux balustrades, à l’occasion d’une ultime séquence d’accélération : au bout un premier titre pour Joseph Berlin-Semon, une seconde place inespérée pour Kevin Fouache  et une troisième place acquise dans la douleur pour le triple champion de France Emilien Clère..

 

Patrick POLICE pour STAYER FR le 16 Septembre 2019, transféré sur STAYER FRANCE le 2 Septembre 2020 

Les réactions à chaud, ou à peu près :  

Joseph Berlin-Semon  

" C'est encore difficile pour moi d’y croire... Après avoir remporté les qualifications je savais que la forme était là, et je comptais accrocher le podium. Le départ en finale a été rapide, comme souvent avec Emilien. Je savais qu’il fallait suivre l’allure dès le départ pour espérer réussir quelque chose de bien " 

"  Pouvoir tenir son sillage en début de course était donc l’objectif. Mais très vite (au bout d’une quinzaine / vingtaine de tours) j’ai ressenti le contrecoup de cette entame rapide. Nous avions presque doublé tous les équipages avec Marc (Pacheco - n.d. STAYER FR)  mais étions toujours deuxième, intercalés entre Emilien et Kevin. Pendant de nombreux tours j’ai subi lorsqu’il fallait dépasser les doublés. A ce moment je me battais dans ma tête pour une seconde place, Emilien ayant déjà une demi piste sur nous... " 

" ...Avec la chute d’Emilien,  pendant un moment je ne savais plus où était la tête de course, ce qui en était de l’équipage d’Emilien et notre propre position, car nous n’avons pas du tout vu la chute. Annoncés longtemps premiers, je savais pertinemment que nous n’étions que second, car Kevin nous avait doublé et je ne l’avais pas passé une seule fois. C’est pourquoi j’ai dit à Marc que je voulais gérer et rester à distance "

 " Cela m’a permis de récupérer et d’anticiper le dernier tiers de course. Nous sommes passé à trente tours de l’arrivée, Kevin semblait coincer et j’ai jugé le moment opportun. J’ai pris conscience à ce moment que François et Emilien n’était plus en course pour le titre, et que j’étais en capacité de l’emporter. L’allure en fin de course est restée rapide mais la motivation de la victoire et l’ambiance m’a presque fait oublier la douleur, jusqu’à reprendre encore de la distance sur Kevin et doubler une dernière fois Emilien " 

" Il est vrai que j’aurais préféré - comme je l’ai déjà dit - remporter ce titre dans d’autres circonstances, mais c’est la course. Avec Emilien, nous sommes amis, équipiers sous le maillot tricolore lors des championnats d’Europe, ce n’est donc pas facile d’être rivaux aux France, surtout avec un tel déroulement de course. Mais je suis fier de m’être battu pour remporter ce titre "  

" Je pense que je peux remercier François (Toscano - n.d. STAYER FR) , qui m’a poussé derrière la moto il y a de cela deux années, et Marc qui m’entraîne depuis ce jour... Nous commençons à bien nous connaitre, et j’espère honorer ce maillot aussi bien que mes prédécesseurs, que ce soit en France ou à l’étranger ! "   

Marc Pacheco

 " Moi je préfère être chasseur que chassé... Ca me permet de voir l'adversaire et de le pousser à la faute, à la bonne et ultime occasion."

" Emilien est parti vite et devant nous, donc parfait. J'ai dit à Joseph... cinquante mètres au début, et on coupe quand il coupe !  Normalement François prend un tour pour sécuriser sur tout le monde... mais pas sur nous... Et à un demi tour il a coupé. Je pense qu'il est parti vraiment vite. D'ailleurs il a décollé plusieurs fois (d'où sa chute d'ailleurs au vu de ce qu'on m'a expliqué) " 

" Je voulais donc rester là jusqu'à mi-course... Que ce serait-il passé ?... Ne gageons de rien... Je n'ai pas vu sa chute. Je l'ai vu sur la côte d'azur repartir en le passant... Puis une fois au rouleau donc reparti dans les cinq tours devant moi... Je l'ai passé...  puis ensuite plusieurs fois :  il n'arrivait pas à se relancer... Je n'avais donc plus que l'équipage Fouache/ Deraet à gérer. Et comme l'an passé, nous sommes passés "

 " ...Je leur ai donné même du champ, car Joseph voulait patienter. Là, on les a laissé rouler dans  les doublés, pendant que nous étions "à l'air libre".  Bientôt je verrai  Kevin reculer plusieurs fois du rouleau, puis ne pas cesser de se mettre en danseuse. Et là je me suis dit : "A  15 tours ,je l'assomme a sa droite quand il va arriver sur Sam qui roulait à une bonne allure de remous. Là on passe à cinq centimètres de la balustrade !! Même chose que l'an passé pour l'argent " 

" Heureusement que je ne me suis pas fié totalement à l'arbitre qui me désignait en tête depuis cinquante tours ... Dans le doute il fallait que je passe ! Voilà les quinze derniers tours : là c'est quasiment de la parade aux balus dans les lignes droites "

  " Pour être en finale ?... 67x15 de braquet... 134 tours/mn en cadence de pédalage pendant quarante-cinq minutes à 190 pulsations de moyenne... Si vous n'avez pas déjà une certaine caisse ça passe pas !! Vous vous entraînez pour y arriver et je vous fait rouler !!

 Emilien Clère 

" Je suis déçu évidemment. J’ai failli abandonner, mais je ne l’ai pas fait. Pour ceux qui ne le savent pas encore le demi-fond est un sport d’équipe, et moi je ne laisse pas mon équipier seul en piste. Je ne voulais pas non plus décevoir ma famille et mes amis qui me soutiennent. Et enfin pour les organisateurs et autres qui se battent pour faire vivre notre sport. Visiblement avec François ce n’était pas notre année après les championnats d Europe..."

" Aujourd'hui (lundi) ça pique, ça brûle, la nuit a été quand même réparatrice. Mais pas de blessure ni de lésion grave"

 STAYER FR : "J'ai vu  que ton casque en avait pris un coup aussi : ta tête a été choquée pendant la chute ?" " Non, ça a du frotter sur la piste pendant la chute"

 STAYER FR : " Ton début de course, il s'est passé tel que tu l'avais escompté ? Tu avais un plan ? "

" Il n'y avait pas grand-chose d'autre à faire, dans la mesure où j'étais en deux sur la ligne de départ. Ce n'était pas compliqué, il suffisait de rouler et de continuer à ce rythme, après on aurait adapté notre allure au fil de la course "

 STAYER FR : " Qu'est ce qui se passait juste avant ta chute, où en étais-tu de ta course ? "

" Je savais qu'on avait un demi-tour d'avance, et pour moi tout allait bien, jusqu'à ce que je touche le bord extérieur de la moto de François (Toscano - n.d. STAYER FR) 

 STAYER FR : " Est ce que tu crois encore à la victoire possible quand, groggy à ce qu'il me semble, tu remontes sur le vélo ? "

" Non, j'étais lucide, et je pensais même être en tête lorsque je me suis remis en piste, dans les tours règlementaires. C'est pour cela aussi que j'ai lutté tout le long de la course, mais, un peu comme au championnat d'Europe, je ne connaissais pas ma véritable position dans la course .."

 STAYER FR : " Enfin, ta saison se poursuit ou s'arrête là ? "

" Oh non, demain mardi en soirée on remet ça avec François à Zurich, puis ce sera la Coupe de France sur piste  à Bordeaux et un peu de route aussi ..." 

Kevin Fouache :

STAYER FR : "Alors tes réactions à froid sur cette drôle (j'allais dire improbable, mais je me suis retenu) de journée "

"  Mes ambitions secrètes c'étaient le podium, mais je souhaitais ne pas trop y penser au vu de ma préparation plutôt faible ( kilométrage derrière moto quasi nul et c'est seulement à Couëron que j'ai pu rouler vraiment derrière la moto. Je n'avais pas touché au vélo de stayer depuis les Europe de l'année dernière ! "

 "Quand je suis passé en tête, j'étais un peu euphorique, mais je me suis rapidement re-concentré pour ne pas faire d'erreur."

" Evidemment sur le podium je suis déçu car le titre était à ma portée, mais après coup je suis vraiment  heureux car je n'en espérais pas tant avant ce championnat (je ne savais pas trop où j'en étais physiquement"

 " La vie après le demi-fond ? Ce sera un nouveau job de Directeur Sportif... Entraîneur en somme "(à moto ça serait top ça c'est STAYER FR qui rajoute !)

 

 Patrick Police, pour STAYER FR, Lundi 17 Septembre 2018, tranféré sur STAYER FRANCE le 9 Septembre 2020 

 

Avec mes remerciements à Emilien Clère, Joseph Berlin -Semon, Marc Pacheco et Kevin Fouache pour leur collaboration

 

 

Commenter cet article

À propos

STAYER FRANCE ex-STAYER FR est le blog du demi-fond et de l'association FRANCE DEMI-FOND. adresse mèl : fddf@dbmail.com page Facebook : @francedemifond