Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
STAYER FRANCE  :  100 % demi-fond et derny - depuis 2005 au service du demi-fond et du derny

STAYER FRANCE : 100 % demi-fond et derny - depuis 2005 au service du demi-fond et du derny

STAYER FRANCE ex-STAYER FR est le blog du demi-fond et de l'association FRANCE DEMI-FOND. adresse mèl : fddf@dbmail.com page Facebook : @VANWOORDEN21

Publié le par Oscar de Ramassage
Publié dans : #ACTUALITES FRANCE DEMI-FOND
Commercy 2002
Emilien, le retour

 

Le vendredi 1er Juillet, tous les signaux n'étaient pas au vert pour ce France 2022 de demi-fond, loin s'en faut. D'abord, nous enregistrions, après une série de défections,  les forfaits de Paul Thomas pour cause de la maladie dite du jour sans fin, puis celui - bien regrettable pour l'intéressé et les fans de demi-fond - de Christopher Gamez, acteur récurrent du championnat de France depuis une décennie.

Nous souhaitons vite voir ces deux-là de retour derrière les motos, et quoi qu'ait été cette édition 2022, ils nous auront manqué. 

On n'avait pas fait le plein de mauvaises nouvelles ? Alors sur le coup des 16 heures un méchant coup de froid tombait sur le vélodrome, avec la chute à l'entraînement, survenue à faible vitesse peu avant les tribunes, de Gabriel Thomas et Romuald Foucher.

Des brûlures spectaculaires pour le jeune coureur et un séjour à l'hôpital pour le grand entraîneur cacien. Décidemment, cette édition 2022 partait fort mal et chacun avait le coeur un peu lourd le vendredi soir en regagnant ses pénates.

L'ombre (et Dieu sait qu'elle peut être grande compte tenu de la taille de l'intéressé) de Romuald Foucher planait donc le jour suivant sur le vélodrome Pierre Tollini. Heureusement, nous allions recevoir, au fur et à  mesure de la journée, en même temps que des nouvelles apaisantes de l'entraîneur attitré de Camille Batista, la visite au vélodrome de Gabriel Thomas, couvert de pansements, mais bien sur ses jambes et apparemment  remis de ses dures émotions, chapeau garçon ! 

Ouf... Une solide, autant que matinale,  assistance allait donc pouvoir se régaler des séries, lesquelles, en cette journée particulière, allaient l'être également (particulières. Je précise pour ceux qui ont du mal à suivre 😎)

Pas de jeu de poker menteur, mais un critérium de vérité, desquels Emilien Clère et Kevin Fouache allaient émerger, alors que le tenant du titre affichait un déficit de rendement bien inquiétant. La combativité du jeune Rémi Coquemond et de Léo Bouvier, ainsi que l'étonnant abattage du néophyte Nathan Chevrier ne passaient pas quant à eux inaperçus. 

Si celui-là "mord au truc" on demande à revoir ! 

Ces séries nous révélaient également la belle tenue derrière l'engin du juvénile (19 ans)  Jules Réau tout comme les difficultés d'un autre néophyte en la matière, le Nancéen Yan Gras, à apprivoiser le rouleau de la moto de son pacemaker.  Quelle impressionnante débauche d'énergie il aura déployé ! Pour ces deux-là, pas de doute, la qualité est là et bien là, la pratique fera le reste et on en reparlera ! 

 

La consolation qui se dispute selon la formule d’une poursuite sur 10 tours entre les deux stayers  non-qualifiés, voit Rémi Coquemond, prendre sur Jules Réau  une avance qui s’accroit progressivement pour atteindre 150 mètres à la fin. Agréable amuse-gueule qui permet au public de mieux se pénétrer de la dynamique d'une course de demi-fond.  

 

La finale allait libérer les acteurs du championnat des appréhensions,  les énergies allaient enfin pouvoir se débrider, affranchies des affres de la veille. On allait avoir une belle finale, ça ne faisait pas un pli. Et cela fût. Certains observateurs parleront même à son issue de la plus belle depuis des années. Pourquoi pas ?  

16 h 37. Dans l'ordre Léo Bouvier, Kevin Fouache, Joseph Berlin-Semon, Camille Batista, Emilien Clère, Nathan Chevrier et Yan Gras piaffent à la queue leu leu sur la ligne de départ.

Leo Bouvier très vite prend le commandement, suivi de Kevin

Fouache, dont je m'étais juré de ne pas vous vanter les qualités, compte-tenu du panégyrique monstrueux que je viens de lui concocter sur STAYER FRANCE. Hélas, l'intéressé ne va pas m'aider sur ce coup-là près d'une heure durant, vous comprendrez bientôt pourquoi. 

Personne ne découvre son jeu pendant une dizaine de minutes, pas plus que l'on n'attend le fameux départ-canon d'Emilien Clère. On devine déjà que le triple champion de France a changé sa méthode, et qu'il va plutôt procéder au tour du propriétaire avant d'abattre ses cartes. Il calme toutefois son impatience en débordant après dix tours Camille Batista, en attendant mieux. 

La course est un brin crispante, même si emballée par les coups de butoir d'un Leo Bouvier intenable jusqu'au premier moment de vérité de la course, qui va survenir après 38 tours. A ce moment Leo Bouvier va "descendre à la cave", consécutivement à l'accélération de Kevin Fouache, qui anticipe à sa manière une première poussée de l'équipage Emilien Clère / Antoine Breton.  Résultat de ce premier travail de sape  : c'est le Yonnais d'adoption  qui mène désormais la ronde infernale, de son style impeccable et... (Bon j'arrête, sinon c'est reparti comme dans l'interview).

Et au fait, il est où le tenant du titre, si mal en point ce matin ? Eh bien laissez moi penser qu'il  avait dû déléguer un clone ou un hologramme ce matin, car ce n'est plus le même que nous voyons évoluer sur la piste.

Conduit avec une prudence pateline (je sais, l'expression est un peu pédante, mais ça fait cossu dans un texte 😁)  par Maître Alain Gaudillat, il circule à l'affût du bon coup à faire, suivi à distance comme en patrouille par un Camille Batista toujours déroutant de facilité apparente. 

Impeccablement conduit par Sylvain Pacheco, le fils de qui-vous-savez, Kevin Fouache a augmenté la voilure,

un oeil dans le rétroviseur, dans l'attente d'une probable rafale en provenance de l'arrière. Et il a raison le garçon,  il va y avoir du grain sous peu. Aux 50 tours révolus, Emilien Clère, qui s'est mine de rien rapproché de Joseph Berlin-Semon, lâche les chevaux. Là c'est la grosse charge, étalée   quatre tours pleins.

Le champion de France 2021 craque et recule sous la violence de la secousse. Au 66ème   tour, même punition, mêm motif, Emilien Clère détrône K. Fouache et s’installe au commandement. Dès lors, les cartes sont rebattues. Et très vite, l'équipage Fouache / Pacheco va s'employer à tester la résistance  des hommes de tête. Une première fois  sans succès. Mais ce n'est que partie remise, on le sent bien.

Au 69ème tour, Camille Batista déborde Joseph Berlin-Semon, qui petit à petit va se requinquer. Au point de repasser quinze tours plus loin le sociétaire du Guidon Chalettois, qui dès lors va s'enfoncer dans les profondeurs de la course. Par deux  fois, aux 78ème et 80ème tour, Kevin Fouache tente de passer le binôme Breton / Clère, ce dernier répondant du tac au tac, même si dans la douleur. 

Pendant ce temps, un qui ne pleure pas sa peine, c'est l'intenable Leo Bouvier, sans arrêt en harcèlement des tandems qui le précèdent, une course entière livrée sous tension alternative, propice au spectacle. Le crossman-neo-stayer Yan Gras évolue quant à lui un ton largement au-dessus de sa prestation matinale, et on sent bien que c'est le genre de clients avec lequel il faudra compter si d'aventure il décide un jour de se prendre au jeu du derrière moteur. 

A partir du centième tour, il n'échappe à personne que l'équipage Berlin-Sémon / Gaudillat entame un retour discret, autant qu'intéressé sur l'avant de la course. Quatre tours plus loin, les deux compères débordent Kevin Fouache. Campant en seconde position, la suite est claire (désolé...) à deviner. Anticipant la suite des évènements, Antoine Breton tourne un peu la poignée, et en profite pour passer un Camille Batista désormais en délicatesse avec le rouleau de la moto de Michel Meunier. 

Encore douze tours en mode chapeaux de roues et c'est Kevin Fouache / Sylvain Pacheco qui rappliquent  sur le tenant du titre, Leo Bouvier et Michel Filiatre obstinément attachés à leurs chausses. Cinq rondes endiablées encore sur l'anneau Pierre Tollini et cette fois Berlin-Semon / Gaudillat et Fouache / Pacheco sont pratiquement à touche-touche.  Au 133ème tour, Berlin-Semon / Gaudillat arrivent en lisière des turbulences des hommes de tête. A quarante tours de l'arrivée, nous voilà embarqués dans une séquence à haut voltage qui va faire hurler en tribunes et autour. Emilien Clère au bout d'un effort énorme parait repousser l'assaut mais quitte le rouleau d'Antoine Breton, et se retrouve alors sous le vent de la moto d'Alain Gaudillat.

Ca passe ? non, car derrière, Joseph Berlin-Semon n'a pas suivi, et a décroché. Trop d'intensité. Trop de folie. La passe d'armes  a été si somptueuse qu'on en oublierait de saluer la superbe prestation  du néophyte Nathan Chevrier, qui, raisonnablement, quitte la piste à 29 tours de son terme. Si ce gamin "pique au truc" nul doute qu'on le reverra l'an prochain, et certainement à son avantage, derrière la moto.  

Tout est à refaire. A refaire donc. Oui. Mais pas par le tenant du titre. A Kevin Fouache et Sylvain Pacheco, qui ont récupéré la seconde place,  de s'y (re) coller maintenant... 

Conduit à la perfection (j'insiste 😎), il va porter une première attaque trois tours après le choc des titans  Clère / Berlin-Semon.  Ca couine désormais à tous les étages de la course , les faciès sont grimaçants, les poignets et fessiers en surchauffe. Bref, on n'est plus très loin de la rupture. Intraitable, le triple champion de France repousse l'assaut du tandem infernal en mettant ses tripes sur la table. Quelques tours encore et c'est Joseph Berlin-Semon, au terme d' un retour douloureux,  qui attaque à la désespéré, à 25 tours de la fin. Un tour et demi violent qui n'aura d'autre effet que de montrer qu'il est maintenant tard  dans la course pour le tenant du titre. 

A 15 tours de la cloche, Kevin Fouache, décidemment intenable,  ramasse ses dernières forces, objectif : faire sauter le verrou Clère / Breton.

Deux tours de furie, le premier qui dit "Oh !" a perdu. Ce sera le coureur-directeur de La Roche sur Yon Vendée Cyclisme.

Emilien Clère, littéralement couché sur sa machine a encaissé la rafale, et s'accroche   à ce titre qui lui devient maintenant de plus en plus tangible. A douze tours de la fin, quand  il double le tenant du titre, on pourrait croire que c'est "pour le fun", alors que derrière Camille Batista a depuis longtemps repris des couleurs, rappelant enfin celui qui, lors de l'édition 2020, nous avait tant épatés.

Non, Emilien Clère et Antoine Breton ne peuvent se permettre aucun relâchement, car ils ont encore sur les reins leurs tourmenteurs, toujours pas décidés à se contenter du rôle de seconds magnifiques.

Alors, à neuf tours de la fin, nous avons droit au baroud d'honneur, sublime. Kevin Fouache  y consume ses dernières forces. Les compteurs des motos s'affolent, on croit encore à l'impossible rapproché, jusqu'à ce qu'Emilien Clère écarte  une dernière fois la menace.

Cette fois-ci pour Antoine Breton et Emilien Clère la voie est enfin libre. Direction le titre, sans plus de tourments. 

Le premier pour l'ancien sprinteur Antoine Breton.

Le plus beau, certainement - sauf à ce qu'il me contredise - pour Emilien Clère, après trois années de disette. 

Au fait, j'ai rêvé où bien j'ai entendu via les haut-parleurs du vélodrome parler de championnat d'Europe de demi-fond ? ...

Patrick Police, pour STAYER FRANCE

le 3 Juillet 2022

Avec l'aide de François Bonnin

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE 2022

rouleau à 0.80 m - braquet autorisé 67 x 16

__________________

Samedi 2 Juillet - Commercy - vélodrome Pierre Tollini - 285 m 71 (Ciment)

 

FINALE 

  1. Emilien Clère (V.C. Lucéen) - entr. Antoine Breton - les 50 km en 49'17" 183 - moy. 60.868 km/h 
  2. Kevin Fouache (LMP- LaRoche-sr-Yon -Vendée Cyclisme) - entr. Sylvain Pacheco - 49.20 "636
  3. Joseph Berlin-Semon (A.C. Bisontine) - entr. Alain Gaudillat - à 1 t
  4. Leo Bouvier (Bazin Cyclisme Haute-Saône) - entr. Michel Filiatre - à 3 t
  5. Camille Batista (Guidon Chalettois) - entr. Michel Meunier - à 4 t
  6. Yan Gras (S.C.O. Dijon - Materiel-velo.com) - entr. Bernard Filiatre - à  6 t

N.C. : Nathan Chevrier (Chambéry C.C. ) - entr. François Toscano (Ab. à 29 tours de la fin) 

 

PETITE FINALE

  1. Rémi Coquemond (Grenoble Métropole 38) - entr. François Toscano - les 2 km 857 en 2' 50" 783 - moy. 56.261 km/h 
  2. Jules Reau (Saint-Denis de l'Hôtel Cyclisme) - entr. Michel Meunier - 3' 09" 155 

 

QUALIFICATIONS - les 3 premiers qualifiés pour la finale + le meilleur temps des quatrièmes 

1ère série - 10 h 

  1. Emilien Clère (V.C. Lucéen) - entr. Antoine Breton - les  25 km en 27' 38" - moy. 54.568 km/ h
  2. Leo Bouvier (Bazin Cyclisme Haute-Saône)  - entr. Michel Filiatre  
  3. Joseph Berlin-Semon (A.C. Bisontine) - entr. Alain Gaudillat - à  1 t
  4.  Rémi Coquemond (Grenoble Métropole 38) - entr. François Toscano  - à 4 t

2ème série - 11 h

 

  1. Kevin Fouache (LMP- LaRoche-sr-Yon -Vendée Cyclisme) - entr. Sylvain Pacheco -  26' 22" 274 - moy. 57.206 km/h
  2. Camille Batista (Guidon Chalettois) - entr. Alain Gaudillat 
  3. Nathan Chevrier (Chambéry C.C. ) - entr. François Toscano
  4. Yan Gras (S.C.O. Dijon - Materiel-velo.com) - entr. Bernard Filiatre 
  5.  Jules Reau (Saint-Denis de l'Hôtel Cyclisme) - entr. Michel Meunier   - à 7 t
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE
FRANCE DE DEMI-FOND 2022 : LE RETOUR D'EMILIEN CLERE

 

Commenter cet article
J
Très beau reportage, ça donne envie !
Répondre
M
Tout est dit ! Merci Patrick Police, notre bibliothèque nationale du demi-fond ! Amitiés
Répondre
W
Sehr guter Bericht der Steher Meisterschaft und sehr informativ. Viele Grüße Heinz Weidner
Répondre
O
Danke Heinz Merci beaucoup
J
Très beau reportage et toutes mes félicitations à Emilien, ça fait vraiment plaisir de le retrouver.
Répondre
G
Bravo Emilien pour ce nouveau titre, si bien raconté par Patrick.
Répondre
E
Beau résumé, je ne te contredirai pas 😉.<br /> Merci à tous d’avoir rendu cette journée possible.
Répondre
L
Merci PATRICK pour ce vibrant hommage aux courageux gladiateurs dans l ' arène de COMMERCY<br /> Doublement déçu de ne pas avoir pu être des vôtres quand je ressens l 'intensité du suspens tant pendant la finale que durant les prémices malfaisant pour plusieurs des combattants<br /> A l 'année prochaine pour un nouveau combat des CHEFS et chapeau bas Mr EMILIEN
Répondre
D
on s'y croirait ! merci Patrick et j'espère que le public qui a l'air assez nombreux a aimé
Répondre
O
De ce côté là pas de soucis le public a adoré et visiblement les édiles locaux ont apprécié de voir le vélodrome animé comme cela
M
Parfait résumé comme à l'accoutumee ! Palpitant, le public ne s'y est pas trompé ! Bravo aux grands vainqueurs du jour, toute l'équipe de bénévoles qui ont organisé ! Merci à Karim Arfa et son équipe !
Répondre